La stéatose hépatique non alcoolique, un mal de notre société actuelle

07/06/2018 0 Par Véronique R.

Le type d’alimentation est la cause de la stéatose hépatique non alcoolique. Une alimentation trop riche en sucres, notamment raffinés et en mauvaises graisses est à l’origine de la stéatose hépatique non alcoolique. La déclaration de certains troubles tels que la surcharge pondérale, l’obésité et le diabète au préalable, sont souvent associés à l’apparition de la stéatose hépatique non alcoolique.
Il est possible, par un régime alimentaire spécifique et une prise de certains compléments alimentaires, de faire régresser cette stéatose hépatique jusqu’à disparition. Les mesures doivent être prise rapidement.

La stéatose hépatique, aussi nommée maladie du « foie gras », est un trouble se manifestant par l’accumulation de lipides dans le foie, formant des dépôts. C’est un stade de maladie réversible, qui, si elle n’est pas prise en charge à temps, peut évoluer vers la cirrhose, voir cancer du foie.

 

L’alimentation à adopter

Le régime à suivre dans le cas de stéatose hépatique a pour objectif d’améliorer la santé du foie en supprimant les sucres raffinés, en réduisant les sucres à fort taux glycémique, et en régulant le taux de lipides sanguin.

 

Aliments à éliminer

Soyons clair, il est très difficile de faire le tri parmi les produits industriels proposés dans le commerce. Plusieurs type de substances sont à éliminer de votre alimentation:
-* les sucres raffinés, c’est-à-dire le sucre blanc et certains sucres vendu comme « sucre roux» sur l’étiquette, qui sont en fait du sucre blanc avec du colorant caramel. Dans les magasins bio, vous trouverez aussi du fructose vendu sous forme de poudre blanche : ça reste du sucre raffiné et très mauvais pour la santé. Ses sucres sont dit «aliment mort», c’est-à-dire, avec aucune valeur nutritive. Énormément de produits transformés contiennent du sucre blanc. Notamment, et même dans les produits transformés bio, la quantité de sucre ajouté est trop importante pour que ceux-ci fasse partie du quotidien alimentaire.
-* Les graisses saturées et trans: éliminez l’huile de tournesol, huile de palme. Il faut savoir qu’il ne faut pas cuire les graisses végétales (noix, lin, cameline, noisette, etc..). Seule l’huile d’olive peut être chauffé à basse température (140°). Les huiles végétales chauffées (ou trop chauffée pour l’huile d’olive) se transforment en graisses saturées. Là aussi, beaucoup de produits industriels cachent des graisses saturée trans : Biscuits, chocolats, plats préparés, desserts lactés, charcuterie ..

Aliments à privilégier ou à intégrer

Certains aliments sucrés et gras restent nécessaires pour le fonctionnement de notre corps. Le cerveau fonctionne avec du sucre et du gras. Mais pas n’importe lesquels :
-*Les sucres: dans la globalité, il faut privilégié les sucres à indice glycémique bas: riz complet, pain complet, céréales complètes et pâtes complètes (souvent trouvés dans les rayons bio). La cuisson du riz et des pâtes devra être courte en durée ou « al dente ». En effet, une trop longue cuisson transforme les sucres lents en sucres rapides. Il convient toutefois de manger modérément les glucides lents tels que nomme ci-dessus: une portion par jour suffit. Intégrer dans son alimentation les fruits de saison est important (petit déjeuner, en cas de 16 heures). Si vous voulez vraiment ajouter du sucre dans votre yaourt, privilégiez le sucre de coco (trouvé en magasin bio) car c’est le sucre prêt à l’emploi, au plus faible indice glycémique.

Pour ce qui est d’un régime à faible teneur en calorie, il faut savoir qu’un régime faible en glucide qui est le plus performant du point de vue métabolique, est lié à des niveaux plus élevés de l’hormone de stress cortisol et de protéine C-réactive, un marqueur d’inflammation, augmentant ainsi le risque cardiaque.

– Les graisses : On trouve des triglycérides à chaînes moyennes (TCM) naturellement dans la matière grasse du lait de vache donc dans le beurre (9 % environ), dans le lait de chèvre mais surtout dans l’huile de noix de coco. Cette huile végétale est la plus riche en TCM, elle en renferme près de 60 % ! Pour la cuisson de vos aliments, privilégiez donc l’huile de coco. Pour les crudités et salades privilégiez les huiles végétales riches en oméga 3 : huile de colza, de lin, de noix, ou de cameline, avec parcimonie.

– Composition de vos assiettes: Il est conseillé une assiette à forte dominante végétale, source de prébiotiques. En effet, les prébiotiques présents dans les végétaux sont la nourriture du bon microbiote intestinale, qui joue un rôle très important dans la santé, particulièrement au niveau métabolique : métabolisme énergétique, sensibilité à l’insuline, métabolisme de la choline et des acides biliaires. On sait que des déséquilibre de la microflore induisent de l’inflammation de bas grade et peuvent conduire à l’insulinorésistance. Les probiotiques sous forme de lactobacilles et bifidobactéries induisent une baisse de la stéatose et d’agents inflammatoires. Pour arriver à une alimentation composée en grande partie de fruits et légumes, il sera nécessaire de faire une transition progressive en ajoutant au fur et à mesure les végétaux à votre quotidien et cela pour évitez les désagréments intestinaux.

 

Compléments alimentaires

 

Les Oméga 3

Le DHA (acide docosahexaénoique) et EPA sont présent naturellement dans les aliments d’origine marine, que l’on retrouve surtout dans les poissons gras. Nous en fabriquons un peu à partir d’un autre acide gras oméga-3, l’acide alpha-linolénique, qu’on trouve dans les huiles végétales.
Le DHA et EPA sont important pour le développement adéquat du cerveau et la cognition. Il est un élément structurel et fonctionnel du cerveau de toutes les membranes cellulaires et des neurones, représentant plus de 50% des acides gras oméga-3 du cerveau.
Des expériences cliniques montrent que l’ajout d’huile de poisson à l’huile de lin diminue significativement les triglycérides plasmatiques par rapport à l’huile de lin seule et modifient l’expression hépatique des gènes impliqués dans le métabolisme des lipides.
Les acides gras oméga-3 sont aussi des modulateurs du microbiote. Des études animales on montrés que la bactérie anti-obésité Akkermansia était augmentée avec une supplémentation en huile de poisson.

Par conséquent, l’ajout d’huile de poisson est nécessaire pour optimiser le métabolisme des lipides, augmenter la bactérie anti-obésité dans l’intestin, ainsi que pour maintenir un apport en DHA et EPA nécessaire au fonctionnement du cerveau. Les oméga-3 diminuent la stéatose du foie.

L’huile de poisson Om3 de Super diet 60 gélules est disponible ici
 

Le Chardon Marie

Plus de 200 études montrent le fait que le chardon-Marie est un puissant traitement contre les affections du foie dont la stéatose mais aussi les hépatites, les lésions hépatiques causées par les médicaments, voire la cirrhose avancée qu’on déclare souvent comme irréversible.
Il contient une substance active appelée silymarine, qui permet la guérison du foie en le protégeant des radicaux libres, car elle augmente la concentration des antioxydants les plus puissants du corps, tels que le glutathion et la superoxyde dismutase. De plus, cette plante stimule la synthèse des protéines, ce qui entraîne la régénération des cellules du foie et la formation d’un nouveau tissu hépatique. Il est très important de consommer un extrait de chardon-marie contenant 80% de silymarine et d’en prendre 175 mg deux fois par jour.

Voici un Chardon Marie Bio extrait à 80% de Silymarine disponible sur Amazon
Précautions d’emploi du Chardon Marie:
La plante, en redonnant à nos cellules une meilleure sensibilité à l’insuline, pourrait faire baisser la glycémie sanguine. Par conséquent, pour les personnes prenant des médicaments pour le diabète, un réajustement médicamenteux peux s’avérer nécessaire.

 

Le sésame

Le sésame est un aliment de choix en cas de stéatose hépatique. Une étude sur la souris a montré que l’huile de sésame permet de réduire la fibrose stéatohépatique en diminuant le stress oxydant, les cytokines inflammatoires, la leptine et le TGF-β [3]. Il est toutefois plutôt conseillé d’utiliser les graines ou le tahin (purée de sésame) plutôt que l’huile.

 

Le pissenlit

Il est utile d’intégrer une supplémentation en pissenlit. Cette plante draine le foie et aide à le nettoyer. Selon le docteur Henry Leclerc, phytothérapeute de renom : «Le pissenlit essore l’éponge hépatique et rince le filtre rénal.» Il est conseillé de consommer trois tasses par jour d’une infusion de racines de pissenlit.

Infusion de racine de Pissenlit – Non-torréfié – 1 boîte (20 sachets de 2g) :

~